Tout savoir sur le dos à la route pour les enfants en voiture

Tout savoir sur le dos à la route pour les enfants en voiture

Obligatoire en France depuis 2013, la position de voyage dos à la route pour les bébés n’est pourtant pas encore adoptée par tous les parents, qui doutent de son confort et même de son efficacité, tant elle est éloignée de la position de voyage des adultes. Et pourtant, le dos à la route a fait ses preuves, voici pourquoi il est si important pour la sécurité de votre enfant

Tour d’horizon de la réglementation des sièges auto dos à la route en vigueur

La réglementation sur les sièges auto évolue régulièrement, ce qui est certainement source de lassitude et surtout de confusion pour les futurs ou jeunes parents. On entend même certains dire que ce ne sont que des arguments marketing destinés à vendre plus de sièges auto. Pourtant, s’il y a bien un domaine où le marketing a peu sa place, c’est la sécurité de l’enfant en voiture.

La ceinture de sécurité est obligatoire depuis 1990 pour tous les passagers d’une voiture, y compris à l’arrière, et quel que soit leur âge. Le siège auto enfant, lui, n’a été rendu obligatoire qu’en 1992 jusqu’à 10 ans ou 1,35 m, avec une recommandation d’étendre cette utilisation jusqu’à 12 ans.

Il existe deux normes de sièges auto bébé et enfant en vigueur en France et en Europe : l’ancienne, qui date de 1995 : R44-04 (ou R44 pour faire simple), et la nouvelle, qui date de 2013 : R129, plus connue sous son nom européen, I-SIZE. Les deux normes vont continuer de cohabiter encore quelques années, c’est ensuite la norme I-SIZE qui perdurera. Ces deux normes impactent non seulement les fabricants de sièges auto, mais aussi les constructeurs de véhicules.

Qu’est-ce qui change avec la norme I-SIZE ?
 Alors que la norme R44 classe les sièges auto par poids de l’enfant, la norme I-SIZE intègre la taille, qui est désormais indiquée clairement sur les étiquettes. Mais l’évolution majeure de cette norme se situe au niveau du système de fixation Isofix, qui est généralisé tant pour les sièges enfants que pour les voitures, et surtout l’allongement de la période de voyage dos à la route. La position dos à la route n’était obligatoire que jusqu’à 9 kg, ce qui pour certains enfants correspondait à un âge de 6 mois. C’est désormais jusqu’à 15 mois minimum qu’il faut installer votre bébé dos à la route.

Votre siège auto est à la norme R44, ou vous avez une voiture qui n’a pas le système Isofix ? Pas de panique, vous n’avez aucune obligation de changer d’équipement, même si le système Isofix permet une installation beaucoup plus facile et sans risque d’erreur dans le véhicule. Il suffit de clipper les attaches du sièges à celles de la voiture, et le tour est joué. Votre voiture est très certainement équipée Isofix sans que vous le sachiez si elle est sortie d’usine après 2011. N’ayez pas honte de cette méconnaissance, seuls 10% des automobilistes utilisent le système alors que 60% des voitures en sont équipées, d’après une étude de la Sécurité Routière de 2012. Mais il est temps que ça change tant le système est simple et efficace : faites tourner l’information autour de vous !

 

Pourquoi la position dos à la route est plus sûre pour votre bébé ?

Un enfant n’est pas un adulte miniature, loin de là. Chez un adulte, le poids de la tête représente environ 6% du poids total, alors qu’elle représente presque le quart du poids de l’enfant. Rien d’étonnant que le traumatisme crânien soit la blessure la plus courante chez le jeune enfant en cas de choc : sa tête est tout simplement surdimensionnée par rapport au reste du corps. Par ailleurs, le crâne continue de se développer jusqu’à l’âge de 20 ans, et chez les bébés il est très souple ce qui augmente le risque de traumatismes crâniens. Enfin, la musculature et les vertèbres qui permettent au bébé de porter sa tête ne sont pas encore bien développées, rendant presque impossible toute résistance au choc.

Des crash tests menés par le fabricant de sièges auto Joie Baby révèlent que la position dos à la route diminue de 70% les risques de traumatismes crâniens et soulagent 73% des tensions sur le cou. Lorsque l’enfant est assis dos à la route, le poids de son corps en cas d’accident frontal (c’est malheureusement le cas pour 70% des accidents) est beaucoup mieux réparti dans l’ensemble du corps : c’est le siège bébé qui absorbe le choc, pas son corps. La tête est bien maintenue en place, appuyée sur le siège bébé, les membres sont eux aussi retenus, ce qui évite des blessures en particulier au niveau des jambes. Les études ont en effet montré que de nombreuses fractures des jambes étaient liées aux chocs contre le siège avant, ce qui ne peut pas arriver avec les sièges bébé dos à la route.

Suivez l’exemple suédois : dans ce pays précurseur en matière de sécurité routière des enfants, installer les enfants dos à la route est obligatoire depuis plus de 30 ans. C’est Volvo qui a expérimenté en premier les sièges auto dos à la route en 1964, et le premier modèle commercialisé en Suède remonte à 1967. Il était temps que le reste de l’Europe s’y mette.

 

Vous n’êtes pas encore convaincu ou vous avez des craintes ? Voici quelques précisions qui vont définitivement vous rassurer.

De nombreux parents opposent la difficulté de communication à l’installation de l’enfant dos à la route. Pourtant, il existe une astuce toute simple : installez un miroir panoramique à l’arrière de manière à permettre à votre enfant de vous voir. Quant à vous, un simple coup d’œil dans le rétroviseur intérieur vous permettra de vérifier qu’il est bien installé.

Autre solution pour vos trajets quotidiens : installer le siège bébé dos à la route sur le siège avant, près de vous. C’est tout à fait autorisé par la loi, à condition de désactiver l’air bag du siège passager. Avant de vous lancer, vérifiez cependant que votre vision de la route n’est pas perturbée par le siège auto : comme ils sont assez hauts, le rétroviseur de droite peut être masqué. Dans ce cas, ne prenez aucun risque. Placez le siège auto à l’arrière de votre voiture.

Si vous pensez que votre enfant va s’ennuyer, se sentir enfermé et ne rien voir à cause de la position dos à la route, détrompez-vous. Tout d’abord, dans un siège auto face à la route, ce que voit votre enfant est principalement… le dos du siège avant. On a déjà vu mieux comme paysage. Sachez que les sièges bébé dos à la route sont fortement rehaussés, ce qui permet à votre enfant de regarder par la fenêtre et par la lunette arrière de votre voiture. Nettement mieux pour se distraire pendant le voyage, sans sacrifier la sécurité.

En tant qu’adulte, nous ne sommes pas habitués à voyager dos à la route, et nous avons tendance à appliquer à notre enfant nos réticences et nos craintes. Pourtant, si vous habituez votre bébé à voyager dos à la route, il trouvera cette position tout à fait naturelle et n’aura aucune difficulté à rester dans le sens inverse de la route bien au-delà de 15 mois : la Sécurité Routière recommande le dos à la route jusqu’à au moins 4 ans.

Dernier argument, pour vous, parents : installer bébé dans son siège auto dos à la route est tellement plus pratique ! Terminés les problèmes de portières qui vous obligent à vous contorsionner pour accrocher votre enfant dans son siège : vous avez toute la place nécessaire, sans être gêné.

 

Les enfants dos à la route en voiture, jusqu’à quel âge ?

 Le plus longtemps possible ! Le siège auto dos à la route jusqu'à 4 ans, c’est un minimum, puisque c’est l’âge à partir duquel les muscles du cou et les vertèbres cervicales se renforcent. Mais les sièges auto dos à la route sont prévus pour les enfants jusqu’à 10 ou 12 ans, suivant leur taille. Bien sûr, plus ils grandissent et plus leurs jambes seront pliées, mais ce n’est vraiment pas un souci pour l’enfant : combien de fois l’avez-vous vu assis dans le canapé les jambes sous lui, rassemblées devant lui ou en tailleur ? Ils adorent cette position. C’est souvent plus compliqué de faire asseoir un enfant bien droit…

 Vous l’aurez compris, mettre bébé face à la route n’est plus une option envisageable, ni en terme de réglementation, ni en terme de sécurité. Il ne s’agit plus de savoir quand mettre bébé face à la route, mais plutôt de savoir comment bien s’équiper pour que votre enfant voyage sereinement dos à la route.